Accueil / Culture et Patrimoine / LES BASSAA DE LA RÉGION DE L’OUEST DU CAMEROUN

LES BASSAA DE LA RÉGION DE L’OUEST DU CAMEROUN

Piqué sur le mur de Massoda Ma-Nlep

Auteur | National Triangle — Eséka, Cameroun

Contrairement à l’opinion la plus répandue, la Région de l’Ouest du Cameroun n’est pas peuplée que de « Bandobo » ( communément appelés « Bamilékés ») et de Bamouns.
S’il est généralement admis que les Bamouns constituent un groupe ethnique ayant une même origine, les recherches menées en anthropologie et ethnologie et en histoire ont établi que les Bamilékés ont des origines diverses.

Dans son ouvrage (intitulé Les problèmes de l’anthropologie et de l’histoire africaines paru en 1982 aux éditions CLE à Yaoundé, collection Etudes et Documents Africains), l’anthropologue et ethnologue Prince Dika-Akwa nya Bonambela soutient: « Quelle que soit son importance, l’unité linguistique et culturelle ne signifie cependant pas que les peuples concernés partagent automatiquement une parenté généalogique.

Les Bamilékés de l’Ouest Cameroun parlent des idiomes, dialectes et langues tellement semblables que du point de vue de l´histoire de la culture, ils constituent une unité indiscutable. Pourtant, du point de vue de la généalogie, ces Bamilékés représentent une mosaïque de peuples d’origines diverses; Ndobo en tête, Tikar, Bassa, Sow [mpoo-bassaa], Baya, Ngala-Dwala, etc.

Culturellement, les groupes ont façonné et trouvé leur “homogénéité”. Celle-ci indique surtout, compte tenu de leur localisation, qu´ils appartiennent à un même peuple résidentiel et non à un peuple racial » ( Prince Dika-Akwa 1982: 136). Même l´ethnologue Jean-Claude Barbier avait attiré l’attention — dans le cadre d’un colloque international du C.N.R.S. ( du 24 au 28 septembre 1973) — sur l´ « hétérogénéité du peuplement » du « plateau bamiléké » (Jean-Claude Barbier, Le peuplement de la partie méridionale du pays bamiléké, Colloques Internationaux du C.N.R.S., N° 551, Contribution de la recherche ethnologique à l´histoire des civilisations du Cameroun, 331-353, colloque du 24-28 septembre 1973, volume 2 publié par Claude Tardits, ici page 332). Ceci n´est guère surprenant, étant donné qu´il est de notoriété publique que les populations du département du Haut-Nkam, dont Bafang est le chef-lieu, sont originaires de Ngok-Lituba, partant du pays bassaa (encore appelé « Belle-Contrée » ou « Niceland » en anglais). L´anthropologue et ethnologue Dika-Akwa écrivait en 1982, dans son ouvrage mentionné ci-dessus, que les Bassaa furent les premiers occupants de toute la région de l´Ouest Cameroun et que les Bana sont essentiellement Bassaa et Mpoo-Bassaa ( Bakoko): » […] la puissante ethnarchie de Bana renferme plusieurs quartiers dont le plus important et le plus central porte le nom de Bassa; l´analyse d´autres données anthropologiques révèle que non seulement tout l´Ouest, l´actuel pays bamiléké, était appelé M’bassa avant l´occupation des Néo-Nubiens, les Ndobo en l´occurence, mais encore il subsiste comme au coeur de Bana des groupuscules complètement assimilés dont les généalogies ramènent en droite ligne en pays Bassa, plus au sud. Grâce à la toponymie, on sait que l´implantation bassa est antérieure à celles des Ndobo [Bamilékés, Néo-Soudanais], Tikar, Ngala et Mandjara dans l´Ouest » (Prince Dika-Akwa 1982:83). L´historien Emmanuel Konde étaye aussi, dans son ouvrage intitulé Bassa Antiquity in Contemporary Limbe,publié en 2010, la thèse selon laquelle les Bana sont d´origine bassaa.
Chutes d´eau sur le fleuve Nkam, près de Bafang (chef-lieu du département du Haut-Nkam). « Nkam » est un nom bassaa. Si les Bana sont d´origine bassaa (au sens restreint du terme ou du mot) et mpoo-bassa, on doit tout de même préciser qu´en « tant que tribu raciale, la dynastie de la puissante chefferie Bana et les lignages dérivés descendent d´un certain Toko, Tenke en féfé-bamiléké, devenu Tchenko. Alors qu´un fils de Toko, du nom de Njee, disent les traditions Mbang [mpoo-bassaa] de Nkondjok, devait fonder Bana et y établir le siège d´une préfecture de l´arbre de vie (Likonge) rayonnant à partir de la côte, son frère Siam alla fonder la tribu et la chefferie de Bakassa. A y voir de près Nje[e] Likonge aurait donné Nzeutcheukongue conservé comme nom du fils (Bana) de Tchenko; quant à Syam, il reste un nom typiquement Sow [mpoo-bassaa] » (Prince Dika-Akwa 1982: 113). Dans l´article (Le peuplement de la partie méridionale du pays bamiléké) de l ´ethnologue Jean-Claude Barbier, ce dernier souligne: « a. Les généalogies des dynasties régnantes ne renseignent que très approximativement sur l’histoire du peuplement du plateau bamiléké. D’autres groupes pouvaient être installés depuis longtemps avant l‘arrivée du fondateur, lui-même n’étant souvent qu’un individu isolé sans poids démographique. Par exemple, l’arrivée du chasseur Nzǝ tʃokōŋgwe dont les trois fils fondèrent les chefferies Bakassa, Bandoumkassa et Bana, peut être située vers le milieu du XVIIe siècle; or, l‘étude des généalogies des chefs locaux antérieurs à cette immigration et qui ont été conquis, repousse la date du peuplement de la région au début du XVIe siècle (7)./ b. L‘origine géographique du fondateur de la chefferie ne renseigne pas, elle non plus, sur la provenance des populations. L‘hétérogénéité du peuplement entraîne l’analyse au niveau de chaque chef conquis (mfǝ ntiǝ). Sinon on risque d’attribuer à l’ensemble de la chefferie ce qui n’est vrai que pour une partie » ( Jean-Claude Barbier 1981: 332). Nzeutcheukongue et Nzǝ tʃokōŋgwe renvoient à la même personne, qui n´est autre que ‘Njee Likongue’, nom bassaa et mpoo-bassaa. Ce qui est encore intéressant, c´est que les recherches de Jean-Claude Barbier révèlent qu´un des fils de « Njee Likongue » s´appelait « Nãnga« ; ce « Nãnga » fut le fondateur de la chefferie de Badoumkassa. Barbier précise: » […] Mfǝ Nãnga est le titre traditionnel du chef de Badoumkassa car le fondateur de la dynastie s’appelait Nãnga. Cet ensemble est souvent remplacé par un diminutif: Mfǝ Na pour Mfǝ Nãnga » ( Jean-Claude Barbier 1981: 332). Or, nous savons que le nom Nãnga est très répandu en pays bassaa. En effet, Nãnga-Ngué est l´ancêtre commun des Bassaa et des Mpoo-Bassaa ( appelés à tort « Bakoko »; le « bakoko » n´est qu´une des deux langues des Mpoo-Bassaa; leur deuxième langue est le bassaa). Nãnga-Ngué eut neuf fils: Ngog, Mbog, Njel, Mbang, Mban, Ngaa, Nsaa, Bias et Buwe. Tandis que les Bassaa ( au sens restreint du terme ou du mot) descendent de Ngog, Mbog, Njel, Ngaa, Nsaa, Bias et de Buwe, les Mpoo-Bassaa ne descendent que de deux fils de Nãnga-Ngué, à savoir Mbang et Mban.
Il est souvent recommandé à tout être humain, qui veut mieux surmonter les défis du présent et surtout envisager un avenir plus radieux, de s´évertuer à se connaître ou découvrir ses origines et/ou ses racines. Chaque Bana devrait toujours se rappeler ses racines ou se souvenir de ses ancêtres bassaa et mpoo-bassa.

A propos Hiatsoon 01

Administrateur

Voir aussi

Religion traditionnelle africaine: lecture recommandée pour le mois mai 2018.

Sujet d’étude:  Kemsi Longouo et la mission Patsoon Boong.             Première …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code