Accueil / A Propos / Qui est Dr. DJIAFEUA Prosper ?

Qui est Dr. DJIAFEUA Prosper ?

Dr. DJIAFEUA Prosper est locuteur natif de la langue ngiemboon depuis plus d’une quarantaine d’années. Son premier contact avec la langue ngiemboon écrite date de 1985 lorsqu’il était étudiant en première année de lettres modernes françaises à la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Yaoundé.

A cette époque en effet, Dr. Steve Anderson C. venait de soutenir son Ph. D. sur le sujet « Tones and morphemes rules in Ngyemboon- Bamileke » (1983) à l’Université de Southern California. Estimant que la population ngiemboon ne s’intéressait pas au développement écrit de sa langue, Dr. Steve Anderson avait entrepris de sensibiliser la communauté universitaire ngiemboon résidant à Yaoundé. C’est ainsi qu’il vint à une réunion des étudiants Batcham à l’Ecole Publique du Château à côté du campus de l’Université  de Yaoundé au cours de laquelle des cassettes audio des chansons religieuses en langue ngiemboon accompagnées des livrets desdites chansons  furent présentées aux étudiants.  Grâce à ses premiers cours de phonétique descriptive et articulatoire, le jeune  étudiant DJIAFEUA réussit à lire ces livrets et à en tirer tout le plaisir d’un illettré qui découvre pour la première fois que sa langue maternelle peut aussi être écrite et lue comme le français et l’anglais, les langues officielles de son pays. Ce contact avec le Dr. Steve Anderson est véritablement l’élément déclencheur de toute la passion que Dr. DJIAFEUA a aujourd’hui pour sa langue maternelle et la linguistique.

Dr. DJIAFEUA Prosper est titulaire d’une maîtrise en linguistique obtenue au Département de langues africaines et linguistique de l’Université de Yaoundé (1989) et d’un Diplôme de professeur des Lycées d’enseignement secondaire général, 2ème grade (DIPES II) obtenu à l’Ecole normale supérieure de Yaoundé (1991).

De 1994 jusqu’à son élection en décembre 2012 comme président du Comité de Langue Ngiemboon, le Dr. DJIAFEUA a été tour à tour moniteur d’alphabétisation en ngiemboon au Centre de Jeunesse de Madagascar à Yaoundé, secrétaire général et président de l’antenne de Yaoundé de ce Comité, et responsable du sous-comité d’étude technique de la langue au sein du bureau national.

Entre la fin de la décennie 90 et les débuts des années 2000, il collabore au programme de recherche opérationnelle pour l’enseignement des langues au Cameroun(PROPELCA) dans sa phase de pilotage par l’ANACLAC et obtient en 2002, à l’Université de Yaoundé, le Diplôme d’études approfondies (DEA) en Linguistique générale et appliquée, option linguistique appliquée.

Plus tard, son profil académique et professionnel lui permet de devenir respectivement le tout premier Inspecteur pédagogique national des langues et cultures nationales au Ministère camerounais des enseignements secondaires (2006), enseignant vacataire de langues nationales respectivement à l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS) du Cameroun (2007), au Département de français de l’École normale supérieure de Yaoundé (ENS) (depuis 2007) et enseignant de la langue ngiemboon au Département des langues et cultures camerounaises de la même école depuis 2010, année mythique qui marque l’admission des tout premiers élèves-professeurs de cette langue dans un établissement d’enseignement supérieur.
Guidé par la conscience que l’enseignant a une place prépondérante dans toute situation d’enseignement/apprentissage, même celle qui est centrée sur l’élève, il choisit de faire des écoles normales d’instituteurs de l’enseignement général (ENIEG) le cadre de ses recherches doctorales supervisées par le Professeur Maurice Tadadjeu (de regretté mémoire). Le 13 juillet 2011, il soutient avec succès sa thèse de doctorat/Ph. D. en langues africaines et linguistique dans laquelle il propose un modèle théorique d’introduction d’une didactique des langues nationales dans ces écoles de formation au Cameroun.

Deux années auparavant, mandaté comme représentant officiel du Comité de Langue Ngiemboon à l’assemblée générale de l’Association nationale des comités de langues camerounaises (ANACLAC) tenue en mars 2010 à Yaoundé, il y est désigné comme Conseiller technique n° 2  au sein du bureau de cette association.

En janvier 2013, le Professeur de Lycée d’enseignement secondaire général Hors Echelle qu’il est devenu depuis le 2 septembre 2011, bénéficie d’une nomination et accède aux fonctions d’Inspecteur pédagogique national, Chef de la Section des arts, langues et cultures nationales à l’Inspection de pédagogie chargée de l’enseignement des lettres, arts et langues  au Ministère des enseignements secondaires-Cameroun (MINESEC).

Quel est l’objectif du Comité de langue Ngiemboon ?

Dans le chapitre premier du titre premier et à l’article 1er de ses statuts, il est clairement stipulé que le Comité de Langue Ngiemboon a pour but de moderniser et de standardiser la langue ngiemboon, de promouvoir sa culture, sa littérature et son utilisation pour l’alphabétisation et son intégration au système éducatif et au processus de développement.

Qu’en est-il de la vision actuelle du comité de langue Ngiemboon ?

La vision sous-jacente à la mise sur pied de ce Comité est de sauvegarder le patrimoine linguistique et culturel ngiemboon, facteur identitaire des peuples natifs, apprenants et sympathisants  de cette langue et de la culture qu’elle véhicule. En effet, nous sommes  conscient qu’un peuple sans culture est comme un arbre sans racine et que tout développement des peuples africains qui n’est pas  ancré dans les valeurs authentiques de l’Afrique est lacunaire car il ne s’abreuve pas à la source des éléments qui fondent l’existence de ses peuples. Et ces valeurs sont cachées derrière les mots qui rendent compte du vécu des peuples depuis les civilisations millénaires. Il est certain que tout locuteur ngiemboon a appris sa langue maternelle de manière inconsciente et s’en est servi, au moins, pour communiquer ses premières expériences de vie. Logiquement et par acquis de conscience, il doit assurer la transmission de ce trésor aux générations futures, participer à sa protection et à sa promotion.

(c) CLCN Info / Académie Ngiemboon 2013

A propos Webmaster

Webmaster

Voir aussi

Installation prochaine du Chef COBY : les préparatifs vont bon train

Installations du chef de la communauté batcham de Yaoundé les choses évoluent de plus belle …